Les traumatismes émotionnels chez le cheval

Au programme aujourd’hui :

Oui je sais, ce sujet est carrément glauque quand on y réfléchit et j’aimerais ne pas avoir à l’aborder. Malheureusement dans ma pratique du shiatsu je rencontre beaucoup de chevaux qui porte en eux les marques d’un traumatisme émotionnel, à croire que je les attire =P

Je vous assure que je prends ce sujet très au sérieux et très à cœur, cependant, vu sa lourdeur, je vais essayer de l’amener avec le plus de légèreté possible et avec quelques touches d’humour. Par contre si vous êtes en ce moment dans une phase émotionnel compliquée, un peu fatigué ou que vous venez de passer une bien mauvaise journée je vous invite à ne pas écouter cet épisode tout de suite et à y revenir quand vous serez disponible émotionnellement et moralement ❤ je vous aimes et je tiens à vous garder en bonne santé mentale ❤

Honnêtement mon expérience des animaux traumatisés est assez récente. Enfant et adolescente j’ai eu la chance d’évoluer dans un monde assez joyeux émotionnellement.

Oui, avec le recul j’ai eu à faire avec quelques chevaux traumatisés quand je montais en centre équestre mais je les voyais de loin et n’étais pas confronté directement à leur mal être.

Pareil pour les violences humaines, j’y ai été peu confrontée. J’espère donc que si par ce podcast je touche une personne victime de traumatisme elle pardonnera la maladresse d’une innocente.

Ma « vraie » première expérience avec un animal traumatisé à été avec Alpha, le trotteur de réforme qui partage ma vie depuis maintenant 4 ans et demi. Et je peux vous dire que la chute de l’innocence a été haute !

Alpha en tiens vraiment une couche comme on pourrais dire. Plusieurs fois son comportement m’a fait penser à ce que des personnes atteintes de syndrome post traumatique peuvent présenter comme comportement. Alpha montre très peu de signes d’angoisse et d’un coup, un élément va le déclencher et émotionnellement c’est le drame.

Par exemple après 4 ans de désensibilisation en tout genre, il est toujours capable de se mettre à trembler de peur si je l’approche trop près d’un cours d’eau. J’ai une idée sur la raison de son comportement mais pour moi sa réaction reste démesurée, je n’arrive pas à comprendre pourquoi « il se met dans un tel état ».

Et puis ma seconde expérience personnelle d’animal traumatisé c’est Quinine, notre chatte. C’est vraiment comme si elle avait deux parts d’elle : une part qui aime les humains et veux en être proche et une part qui en a tellement peur qu’elle irais se cacher au fond de l’enfer si ça lui permettais de ne pas voir nos têtes au petit déjeuner xD avec elle aussi j’ai dès fois envie de lui taper la tête contre un mur pour lui faire rentrer dans la tête que les humains ne font pas de mal… Oui c’est très antinomique comme envie je sais xD

En plus de tout ça, depuis 4 ans maintenant je propose des séances de shiatsu et de nombreux chevaux que je suis présente des traumatismes émotionnels plus ou moins fort et surtout plus ou moins visible. Parce que oui, nos compagnons à crinière, en bon animal de proie qu’ils sont ont pris l’habitude de cacher leur faiblesse, dont leurs faiblesses émotionnelles.

Chez certains chevaux le traumatisme émotionnel s’affiche comme le nez au milieu de la figure, c’est typiquement tous les chevaux qui ont peur des hommes. Aller chercher, souvent les femmes ça fait moins peur dans l’imaginaire collectif des chevaux… je ne comprends pas pourquoi xD. Il y a également les chevaux qui ont une peur très marquée : le van, les obstacles, l’eau, les passages étroits, les chiens…

Et puis il y a les champions du camouflage ! Les chevaux qui sont « normaux », souvent très calmes, très volontaires, très généreux, qui tolèrent quasiment tout. Et du coup, comment on repère les traumatismes chez ses chevaux s’ils les camouflent si bien ? Hé bien pas des problèmes physiques « inexplicables ».

Et pour moi la grande gagnant des manifestations physiques d’un trouble émotionnel c’est la dermite ! Très peu de dermite que je rencontre ont une origine purement physique… Désolé de vous décevoir mais la plupart des allergies ont une cause émotionnelle souvent profonde.

Mais je pense que la dermite nécessitera un sujet de podcast à elle seule donc ceci était juste un teasing =P

Qu’est-ce qu’un trauma ?

Revenons donc à notre sujet maintenant que vous avez compris à quel point il me touche : qu’est ce que c’est qu’un choc émotionnel ?

J’avoue que je ressens parfaitement ce que c’est mais que je ne m’étais jamais attardé à mettre des mots sur ce ressenti avant ce podcast xD

En psychologie, le choc émotionnel résulte d’un évènement traumatisant qui submerge la faculté que possède un individu à faire face aux émotions qu’il ressent lorsque celui-ci survient.

Alors on va diviser cette définition en deux parties : les évènements traumatisants et la gestion des émotions =)

Évènement traumatisant

La difficulté de définir un événement traumatisant est réelle car un événement pourra être traumatisant pour une partie de la population équine mais pas pour l’autre. Nos chevaux n’ont pas tous le même chemin de vie et ce point va influencer la manière dont ils font face à un événement.

Un poulain qui a grandi au contact des humains et les associant à des évènements positifs tel que l’amené de nourriture ou le grooming pourra bien mieux supporter la première mise du licol qu’un poulain qui n’a pas vu l’homme jusqu’à ses 10 mois, puis est sorti du pré, licolé et bim directement pucé, vacciné et embarqué dans un camion direction sa nouvelle famille !

Les évènements traumatisants peuvent être divisés en plusieurs catégories :

  • Un évènement singulier (qui ne se produit qu’une seule fois) et récent : un cheval qui trébuche à l’entrée du van en est un bon exemple. Il y a de forte chance que la seconde tentative de monté soit plus compliquée que la première.
  • Un évènement singulier et passé : un cheval sevré brutalement risque d’avoir une difficulté à être séparé de son troupeau qui perdure dans le temps…
  • Une expérience légèrement éprouvante, qui seule n’aurai pas générée de traumatisme mais qui est répétée et prolongée : un cheval qui vit en box. En général nos chevaux savent tous supporté une nuit en box dans des conditions normales. Par contre passé tout son temps en box alors que les besoins naturels ne sont pas respecté EST une expérience traumatisante.

Un autre point essentiel dans la définition d’un traumatisme est la notion de choix qu’à le traumatisé.

Je vais vous prendre un exemple dur dans le monde humain : avoir des relations sexuelles c’est très agréable, quand elles ne sont pas consenties c’est un viol et on connaît les dégâts psychologiques…

Et bien c’est PAREIL pour toutes les autres activités humaines et équines !!

Aller se promener dans les champs est très agréable pour le cheval. Être forcé à partir en balade quand le cheval n’en a pas envie c’est traumatisant.

Gestion des émotions

Revenons maintenant à la seconde partie de la définition d’un choc émotionnel qui était :

En psychologie, le choc émotionnel résulte d’un évènement traumatisant qui submerge la faculté que possède un individu à faire face aux émotions qu’il ressent lorsque celui-ci survient.

Et donc la gestion des émotions !

Nos chevaux ressentent tous des émotions h24. Et ce qui est génial avec les émotions c’est que personne au monde ne peux vous empêcher de les ressentir ! Sauf vous… Ahum…

Un cheval qui a donc était exposé progressivement et positivement à des évènements stressants aura appris à gérer ses émotions. Un stick d’éthologie (putain cette aberration de vocabulaire quand même), donc, un stick éthologique ça ne fait pas peur à un curieux petit poulain ❤

Votre cheval peut donc apprendre 2 choses à propos du stick : il peut l’aimer ou en avoir peur. Et ça va dépendre de l’apprentissage qui va être lié à ce stick. Et voilà donc comment on se retrouve avec des chevaux traumatisés par un stick…

La gestion émotionnelle comporte une composante acquise ET une composante innée à mon sens. Les parents transmettent leur gestion émotionnelle à leur poulain j’en suis convaincue. Et les deux parents hein !! Le père aussi même si souvent il ne connaît jamais son poulain et n’a donc pas d’influence sur son apprentissage.

Là encore la notion de choix est très importante ! Si vous laissez votre cheval explorer son environnement de manière autonome et consenti il y a fort à parier que ses traumatismes émotionnels seront moins nombreux.

Quels sont les traumatismes généralement rencontrés chez un cheval ?

On a déjà vu ensemble quelques traumatismes émotionnels fréquemment rencontré chez les chevaux tel que la mise en van, le sevrage, le travail avec le stick…

Mais il y en a tellement d’autres !

D’une manière générale tout ce qui ne respecte pas l’éthologie du cheval peut être traumatisant… Et je parle ici de la vraie éthologie ! Celle qui consiste à observer les chevaux dans un milieu le plus naturel possible et à noter dans un cahier leurs comportements les plus naturels possibles.

Petit disclaimer : je suis de l’avis que plus aucuns de nos chevaux actuels ne sont « naturels »… Ouai même les races dites rustiques… Les races de chevaux ont toutes été très modifiées par l’être humain, plus ou moins modifié ok, mais modifiés quand même. Vouloir un cheval « sauvage » est une utopie dangereuse selon moi.

Cependant quelques règles de base peuvent encore s’appliquer !

Les chevaux sont des animaux sociaux, grégaire, qui marche en mangeant plus de 16h par jour. Ils se reproduisent de manière naturelle, les poulains sont sevré vers 10 mois mais restent avec leur groupe familiale jusqu’à leur maturité sexuelle, bénéficiant ainsi de repères sociaux forts. Un groupe de chevaux est très stable, les juments vivent ainsi ensemble quasiment toute leur vie ( !!).

Aïe aïe aÏe… on vois bien à quel point notre mode de détention actuel des chevaux ne correspond pas du tout à cette image.

Bon déjà si votre cheval vie en box, sorti 1h par jour pour être travaillé et mange dans un râtelier en hauteur c’est énorme carton rouge ! Je veux bien comprendre que dans certaines localisations l’hébergement soit compliqué mais détenir son cheval dans cette situation pour moi c’est « no way »…

Le traumatisme du sevrage commence à être bien connu. Mais combien de chevaux sont sevrés pour ensuite se retrouver regrouper entre poulain, dès fois sous la houlette d’un vieux tonton poney relativement dépassé par la situation de ces jeunes fous pleins d’énergie xD

Quant à 3 ans ce poulain se retrouve dans un pension pré en groupe avec d’autre chevaux, il n’a souvent pas assez de codes sociaux et s’en prends un peu « plein la gueule » par les chevaux plus âgés qui eux savent bien communiqués et ne tolère pas les frasques de cet adolescent mal cadré… Bim ! Trauma !

Ensuite même si votre cheval vie en pension pré en troupeau (vraiment bravo à vous !), souvent la constitution du troupeau va changer au gré des déménagements des humains… C’est totalement normal et je le comprends ! Mais sachez que ces déménagements peuvent être source de souffrance émotionnelle pour votre cheval.

Viens ensuite le moment du débourrage, bon là on a déjà parlé consentement toussa toussa donc vous voyez bien où le bas blesse. En général les chevaux ont très peu leur mot à dire dans un débourrage

Ah et je n’ai pas encore parlé des conditions de saillie de la mère et de naissance du poulain ! Le cadeau émotionnel d’une saillie entravée, d’une insémination ou d’une grossesse par mère porteuse (je vous jure ça se fait beaucoup !) est transmis au poulain.

La possibilité d’assister la jument durant la mise bas est une énorme avancée pour la survie de la mère lors d’un poulinage. Mais encore l’autre jour j’ai vu une vidéo d’un poulinage où le poulain été tracté hors de la mère à peine un sabot sorti du vagin… Et si on laissait un peu plus faire la nature c’est envisageable ?

Bref tout ça pour vous dire que votre cheval porte certainement un traumatisme et j’espère que ce podcast vous aura fait prendre conscience de traumatismes qui sont dénigrés dans le milieu équin.

Et donc, tous les chevaux vont développer des traumas au cours de leur vie… Vous ne pouvez pas les envelopper de papier bulle toute leur vie désolée de vous l’apprendre si vous ne le saviez pas… Nous avons donc tous à apprendre à vivre avec un cheval plus ou moins traumatisé.

Comment vivre avec un cheval traumatisé ?

Ce qui nous emmène à cette dernière partie de l’épisode : comment vivre avec un cheval traumatisé ?

La principale difficulté selon moi est que quand un humain souffre d’un traumatisme émotionnel, il peut recevoir l’aide de psychologue, psychothérapeute et en gros toutes les professions de santé commençant par « psy », mais un cheval ? Bah votre cheval il vous a vous… Et c’est à peu près tout… Pfiouf la pression pour les humains gardiens de chevaux !

Vous voyez votre vétérinaire vous donner un anti dépresseur pour votre cheval ? Pas moi en tout cas xD et pourtant mon vétérinaire est génial et je suis sur qu’il a déjà mis des chevaux sous anti dépresseur xD

Vous vous retrouver donc seul face à votre cheval traumatisé, à ne pas le comprendre et même à vous énerver devant ses réactions démesurées selon votre vécu… Je vous comprends tellement. Je vous jure j’ai plusieurs fois eu envie de frapper la tête d’Alpha contre un mur pour lui dire que non une flaque d’eau ça ne mange pas les poneys !

Et au risque de vous décevoir ça ne marche pas xD

Le seul truc qui marche selon moi c’est le temps ❤ déconstruire avec amour tout ce que votre cheval a vécu pour ensuite seulement lui proposer d’autre expérience.

Pour vous aider à déconstruire tout ça il y a plusieurs solutions, il va falloir tester ce qui peux convenir à votre cheval.

Laisser un cheval vraiment traumatisé par l’humain au pré sans aucune visite peut même etre une solution temporaire. Même si « laisser le cheval gérer seul » est rarement une bonne alternative à mon sens. Vous connaissez beaucoup d’humain qui savent se débrouiller seul pour se sortir d’un traumatisme ? Pas moi… Et c’est pareil pour les chevaux.

Entourez vous de professionnels qui vous épaulerons dans le travail de votre cheval : monitrice, gestionnaire de pension, shiatsuki, ostéopathe, pareur bienveillant etc. TOUS les professionnels qui gravitent autour de votre cheval vont devoir s’adapter à son vécu et à ce que vous comprenez de votre cheval.

Et pour nous alors ? Les petits humains démunis face aux réactions de leur cheval ? Parce que je sais qu’il peut être très douloureux de voir son cheval souffrir sans savoir quoi faire pour l’aider. Et même si on sais quoi faire pour l’aider il y aura forcément des moments de découragement de votre côté et c’est normal.

Dans les cas là mon meilleur conseil est d’en parler. D’aller vous aussi pleurer sur l’épaule de quelqu’un d’autre. Comme ces cercles de psy qui vont consulter un autre psy ! Et bien constituer vous votre cercle de psychologue de chevaux traumatisés, parce que c’est ce que vous êtes !

Exprimez toutes vos émotions, face à un humain, ou à l’écrit sur un carnet ça peut aussi très bien fonctionner ❤

Rappelez-vous que c’est lorsque l’on ne sort pas les émotions qu’elles nous submergent et peuvent donc potentiellement créer un traumatisme émotionnel 😉 Donc on exprime !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :